16/02/2008

5. Un mois avant de partir


J'ai parcouru le début du chemin de façon à entraîner un jour sur deux mon chien. Je lui ai fait faire entre 20 et 25 kilomètres pour préparer ses pattes afin d'éviter des blessures aux coussinets.

J'ai fait faire un gros entretien de ma chaise comme on le fait avec les voitures.

Avec de nouveaux pneus, de nouvelles batteries, un itinéraire préparé consciencieusement, les cartes en mains et les adresses de logements possibles relevées,  j'étais fin prête à partir.

 

Seul les amis n'étaient pas rassurés car ils ne m'avaient pas revus depuis près d'un an.

On me posa toutes sortes de questions du style " Comment vas-tu faire ? » , " Où vas-tu loger ? ", " N'auras-tu pas de problèmes avec ton chien ? »

Pour moi mon chien était mon compagnon et je partais avec lui pour me sentir en sécurité.

Tous les jours seraient différents et je ne savais pas à l'avance où j'allais dormir une fois que je quittais la Belgique.

Après un an de préparation, enfin le grand jour était là pour partir à Compostelle.

Un moment très attendu.

 

 

J'ai parcouru le début du chemin de façon à entraîner un jour sur deux mon chien. Je lui ai fait faire entre 20 et 25 kilomètres pour préparer ses pattes afin d'éviter des blessures aux coussinets.

J'ai fait faire un gros entretien de ma chaise comme on le fait avec les voitures.

Avec de nouveaux pneus, de nouvelles batteries, un itinéraire préparé consciencieusement, les cartes en mains et les adresses de logements possibles relevées,  j'étais fin prête à partir.

 

Après un an de préparation, enfin le grand jour est arrivée pour partir à Compostelle.

 

11:41 Écrit par Christine dans avant le départ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.