16/02/2008

9. Troisième jour : de Celles à Beauraing

 

En début d’après-midi, je me suis donc mise en route avec les personnes qui voulaient m’accompagner jusqu’à Beauraing.

Une bonne complicité  s’est installée.

Moi étant en chaise roulante, je suis considérée comme un piéton. Et comme tout piéton, je dois me déplacer face aux voitures pour être vu et en sécurité.

Sur la route entre Celles et Beauraing, il y a énormément de courbes qui n’est pas des plus simple et plus sécurisant lorsque je voyais les voitures arrivées  à toute allure.

Grâce à mon amie Bibiane, les automobilistes étaient prévenus de ma présence sur la route. De sorte à les leur faire signe avant qu’ils n’arrivent à ma hauteur, Bibiane me précédait avec son vélo afin de les faire ralentir.

 

Lors de la préparation de l’itinéraire, il y a un petit morceau du parcours que je n’aurais pas du prévoir de prendre. Ces bien entendu lorsque je l’ai pris que je me suis rendu compte du problème. Heureusement que ce jour là je n’étais pas seul.

En effet ce chemin de près de 2 kilomètres était en terre avec des rochers de part et d’autre avec en plus un dénivelé très important.

Seul, je n’aurais pu m’en sortir car non seulement l’état du terrain, il avait plu les jours précédents et je glissais facilement, de droite à gauche, de gauche à droite au risque de rester coincé  entre les rochers et dans la boue. Chacune des personnes qui m’accompagnait ce jour là m’a aidé soit en dirigeant ma chaise, soit en tenant Léa ma chienne de sorte qu’elle ne me tire pas.

Car le fait de ne pas avancer à son rythme elle était

tentée de me tirer. Pour parcourir ce chemin, il fallut justesse et précision.

Après ce fameux chemin, nous devions rejoindre une petite route et bien sûr nous nous sommes trompés.

Il a fallu faire demi-tour. Comme nous avions perdu du temps sur le mauvais chemin et suite à l’erreur en empruntant la petite route, les deux personnes qui étaient à pied avec moi voulaient faire du stop pour gagner du temps, d’autant plus que l’une des deux était fatiguée que nous étions encore loin d’y arriver.

Nous avons donc essayé de faire du stop mais personne ne s’arrêtait car ils pensaient qu’ils devraient prendre tout le monde. Etant en chaise roulante avec mon chien, mon amie Bibiane étant à vélo ainsi que deux piétons cela faisait beaucoup. Bien entendu nous faisions du stop que pour les deux piétons. Je décida donc d’avancer un peu par rapport au autre personne afin qu’une voiture s’arrête.

Lors du passage d’une voiture, Bibiane a fait du stop mais elle ne s’est pas arrêtée. Arrivée à ma hauteur, comme la fenêtre était ouverte, j’ai appelé plusieurs fois « M. S’il vous plait » et il s’est arrêté.

Il s’agissait d’un couple âgé. Je leur demandai dans quelle direction ils se dirigeaient et s’ils pouvaient déposer les deux piétons à la gare de Beauraing.

Quand je leur ai dit que j’étais sur les routes de saint Jacques de Compostelle, ils ont accepté de conduire les deux piétons à la gare de Beauraing et m’ont demandé de prier pour eux. Qu’elle gentillesse de la part de ce couple !

Bibiane et moi-même avons pu continuer notre route plus rapidement vue que je roulais plus vite qu’un pas de piéton et Bibiane à vélo allait encore plus vite.

Nous nous sommes retrouvés à la gare de Beauraing où nous nous étions donnés rendez-vous. A peine quittée la gare de Beauraing, le mari de Bibiane a pris les deux piétons pour les conduire jusqu’à Quartier Galet où se terminait mon étape.

C’est bien de partir l’après-midi mais seul pour quelque kilomètre. Je suis arrivée avec Bibiane a Quartier Galet fatiguée à passé 21 heures. Heureusement que les journées n’étaient pas courte sinon j’aurais du me déplacer sur la route dans le noir ce qui aurait été dangereux.

Il fallait encore manger et s’installer dans sa chambre.

Heureusement nous avons eu un temps splendide toute la journée. Pour la suite de mon pèlerinage, j’ai décidé que jamais plus je me mettrais en route l’après-midi. Même pour quelque kilomètre, il faut tout prévoir. Je pouvais être détournée par une route en travaux, avoir un problème de batterie, cela  me demanderait de les recharger en cour de journée ce qui me ferais perdre facilement une heure.

Enfin installer pour me reposer et être en forme le lendemain pour continuer ma route, mais amis m’ont quittés pour rentrer chez eux après une longue journée.

 031_29

032_30

033_31

034_32

036_34

038_36

039_37

12:40 Écrit par Christine dans joie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.