22/02/2008

17. Onzième jour : d’Anglure à Rygny-la-Nonneuse

Après cette nuit mémorable, je ne suis pas mécontente de quitter la salle paroissiale d'Anglure.

A mon départ, le curé m'offre des oranges en disant: que c'était tout ce qu'il a !

Il a dû penser qu'après la nuit mémorable et froide, j'ai besoin de vitamines pour ne pas tomber malade.

Neuf heures, je me mets en route sous un soleil bleu mais froid le matin. Aujourd’hui, je suis très fatiguée, au point de m’endormir sur la route et cela est dangereux pour moi et Léa.

Comme il fait bon vers midi, je m’arrête dans un champ pour dormir une petite heure.

Des habitants proche des champs m'ayant vue m’arrêter et ne pas bouger pendant une heure, se sont inquiétés. Je les rassure quand je leur explique que je fais le pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle et que je me  arrêté pour me reposer avant de continuer.

Après les problèmes de la veille pour trouver un logement, je prends les devants en demandant très tôt aux habitants s'il n'y a pas une chambre d'hôte où un gîte dans les environs.

Arrivée à Rigny la Nonneuse, je demande aux habitants de la première maison où je peu trouver un loger pour cette nuit !

C'est alors qu'elle me propose de rester chez elle et j'accepte.

Je n'ai parcouru que vingt cinq kilomètres mais au moins j'ai un logement.

Etant arrivée en milieu d'après-midi, j'ai peu me reposer et le couple n'a même fait tourner une machine.

Léa profite de son après-midi de repos pour jouer avec les jeunes chiots des hôtes.

Je passe un très bon moment dans cette famille où j'ai chaleureuse.

 

 

016_14

 

 

 

017_15

 

 

 

018_16

 

 

019_17

 

 

 

020_18

 

 

021_19

 

 

022_20

 

 

 

12:26 Écrit par Christine dans joie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.