25/04/2008

25. Dix-huitième jour de Vézelay à Lormes

Lundi 18 mai 2003.

Je me mets en route qu’à  dix heures trente après une nuit agitée.

Une fine pluie intermittente tombe.

C’est mon premier jour de pluie, depuis ma mise en route pour Compostelle.

Aujourd’hui, je parcours des chemins forts dénivelés ce qui  fait consommer plus vite les batteries. J’ai perd du temps au début de la journée suite à une erreur du à  la fatigue. Je parcours quatre kilomètres en  plus.

Je m’arrête pendant une heure pour recharger mes batteries et pendant ce temps, je m’assoupie.

 

Lorsque j’arrive à Lormes, je demande aux habitants s’il y avait un gîte ou une chambre d’hôtes dans la région. Les gens m’indiquent gentiment le chemin pour me rendre à l’auberge. Lorsque j’y arrive, j’ai difficile à entrer parce qu’il est inaccessible en chaise.

 

 

La porte est ouverte mais il n’y a personne. La personne qui gère cette auberge n'est pas joingnable que dans un magasin mais comme nous sommes  dimanche, je ne peu pas la joindre.

Je mets ma chaise dans le jardin et je rentre avec mes béquilles.

Je mets recharger mes batteries en passant le câble par la fenêtre et je place la bâche au-dessus de la chaise, pour éviter qu’elle ne soit mouillée au matin parce qu’il pleut.

 

Après m’être installée, je fais à manger et je prépare ma route pour le lendemain.

Pour finir la journée, je regard un peu la télévision. J’ai rarement eu l’occasion de voir la télévision depuis mon départ et cela ne m’a pas manqué du tout sauf pour la météo.

Je passe la soirée et la nuit seule dans l’auberge. Il n’y a aucun autre occupant. Après avoir passé la nuit au gîte des Rochers à Lormes, je dois me remettre en route.

 

004_02

005_03

11:29 Écrit par Christine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.