16/02/2008

6. Jour J

Avant de partir j'avais demandé d'avoir une Eucharistie de lancement, ce qui s'est fait à la paroisse Ste Marie et Joseph à Ottignies par le père Charles Delhez.

Lorsque je suis arrivée à la paroisse le matin,  j'ai eu mes premières émotions. Beaucoup de personnes étaient venues pour me souhaiter bonne chance. Je ne m'attendais pas à voir autant de monde.

Une messe magnifique et beaucoup de monde m'ont confié des intentions  de prière à porter jusqu'à Compostelle. Je me ensuite mise en route le 1er mai vers 9h15 avec quelques personnes qui ont voulu m'accompagner.

 

 

018_16

 

019_17

11:54 Écrit par Christine dans avant le départ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

5. Un mois avant de partir


J'ai parcouru le début du chemin de façon à entraîner un jour sur deux mon chien. Je lui ai fait faire entre 20 et 25 kilomètres pour préparer ses pattes afin d'éviter des blessures aux coussinets.

J'ai fait faire un gros entretien de ma chaise comme on le fait avec les voitures.

Avec de nouveaux pneus, de nouvelles batteries, un itinéraire préparé consciencieusement, les cartes en mains et les adresses de logements possibles relevées,  j'étais fin prête à partir.

 

Seul les amis n'étaient pas rassurés car ils ne m'avaient pas revus depuis près d'un an.

On me posa toutes sortes de questions du style " Comment vas-tu faire ? » , " Où vas-tu loger ? ", " N'auras-tu pas de problèmes avec ton chien ? »

Pour moi mon chien était mon compagnon et je partais avec lui pour me sentir en sécurité.

Tous les jours seraient différents et je ne savais pas à l'avance où j'allais dormir une fois que je quittais la Belgique.

Après un an de préparation, enfin le grand jour était là pour partir à Compostelle.

Un moment très attendu.

 

 

J'ai parcouru le début du chemin de façon à entraîner un jour sur deux mon chien. Je lui ai fait faire entre 20 et 25 kilomètres pour préparer ses pattes afin d'éviter des blessures aux coussinets.

J'ai fait faire un gros entretien de ma chaise comme on le fait avec les voitures.

Avec de nouveaux pneus, de nouvelles batteries, un itinéraire préparé consciencieusement, les cartes en mains et les adresses de logements possibles relevées,  j'étais fin prête à partir.

 

Après un an de préparation, enfin le grand jour est arrivée pour partir à Compostelle.

 

11:41 Écrit par Christine dans avant le départ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

4. Un an de préparation, avant de me mettre en route pour Compostelle.


Comme pour tous pèlerins, un pèlerinage ne se fait pas à la légère. Il faut se préparer physiquement, psychologiquement et être prêt.

Après de multiple bouleversement dans ma vie ainsi que de ma santé, j'avais besoin de changer d'air. J'avais déjà entendu différents témoignages d'amis qui l’avaient parcouru. Mais cela ne m'avait jamais tenté de partir. Lors d'une hospitalisation, j'ai entendu à la radio, parler du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Les détails que j'ai entendus sur le pèlerinage m'ont sensibiliséesde telle manière que je me suis dit qu'il était temps de partir pour moi aussi.

J'en ai parlé autour de moi pour avoir le maximum d'information sur les itinéraires possibles, les logements et tous ce qui pouvaient m'être utile et indispensable pour réaliser le pèlerinage en chaise roulante. Malgré les informations obtenues, il m'a fallu faire beaucoup d'adaptation. Faire le pèlerinage à pied est tout à fait différent de le faire en chaise roulante. Il a fallu parcourir différents types de chemins et de routes pour être certaine de passer avec ma chaise.

Je devais me rendre contre de l'autonomie des batteries pour connaître le nombre de kilomètres que je pouvais faire avant de devoir les recharger.

Et comme je partais avec mon chien, il fallait aussi que je la prépare.

 

 

014_12

 008_06

 006_04

11:30 Écrit par Christine dans avant le départ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |