16/02/2008

7. Premier jour, de Louvain-la-neuve à Namur

 

Pour ce premier jour, les personnes qui m'ont accompagnées sont allées jusqu'à la gare de Gembloux ce qui leur a fait marcher près de 30 kilomètres.

Nous avons eu assez de chance avec le temps. Il faisait un peu froid au départ mais nous nous sommes très vite réchauffé par la tasse de café si gentiment offert par des amis habitant Mont saint Guibert. Vers 11h45 il s'est mis à pleuvoir lorsque nous arrivions à la hauteur d'une ferme.

Nous avons sonné à la porte de la ferme pour demander si nous pouvions nous arrêter pour dîner à l'abri dans la ferme. C'est alors que les fermiers nous ont accueillis chaleureusement dans leur maison.

Ils nous ont dit que ce n'était pas la première fois qu'un pèlerin en route pour saint Jacques de Compostelle sonnait à leur porte.

C'était le destin qu'il se mette à pleuvoir lorsque nous arrivions au niveau de la ferme.

Nous avons eu le plaisir de goûter du boudin de la ferme, le goût nous restait à la bouche tellement qu'il était délicieux.

Lorsque nous nous sommes remis en route, il faisait très beau.

Nous arrivâmes sans trop de peine à saint Géry.

Entre saint Géry et Gembloux nous parlions tellement que nous n'avons pas fait attention au chemin que nous devions suivre. C'est alors qu'il s'est remis à pleuvoir légèrement pour nous le faire comprendre. Nous avons demandé notre chemin, aussitôt sur le bon chemin, il a cessé de pleuvoir. On était allé un peu trop loin mais le chemin qu'on nous a indiqué nous permis de continuer sans devoir faire demi-tour. En plus ce chemin était moins dangereux que la route initialement prévue. Le seul inconvénient c'était les pavés.

Arrivée à la gare de Gembloux, je devais prendre le train pour me rendre à Namur où j'étais attendu pour la nuit. Le problème était qu'il n'y avait plus de rampe d'accès pour monter dans le train.

Heureusement grâce à la bonne volonté des gens de la gare et des voyageurs, ils m'ont aidé à monter dans le train avec ma chaise et mon chien. C'est là que les personnes qui m'avaient accompagné pour ce premier jour m'ont quittés.

Arrivée à Namur pas de problème pour descendre du train, il y avait une rampe d'accès.

Il m'a fallu près d'une heure et demi pour arrivée à l'auberge de jeunesse Félicien Rops de Namur depuis la gare car Léa était fatiguée.

Arrivée à l'auberge nous nous sommes installées en chambre. Pour ensuite manger.

Après avoir écris ma journée, je suis aller dormir de bonne heure car j'étais fatigué et que j'avais des vertiges depuis deux jours.

Pour ce premier jour j'avais parcouru près de 37 kilomètres

J'ai été accueilli chaleureusement à l'auberge de jeunesse qui est accessible pour les personnes à mobilités réduites.

Demain est un autre jour et j'allais devoir parcourir près de 40 kilomètres pour rejoindre la famille qui allait m'accueillir à Celles.

Pour cette première nuit j'ai pu bien me reposer dans une chambre seule.

 

 

020_18

 

021_19

 

 

12:02 Écrit par Christine dans le départ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |